06 octobre 2005

Nos journalistes franco-français se veulent rassurant et continuent à nous ressasser que contrairement au krach immobilier mondial de 1991, la France sera cette fois épargnée.

Il s’agit là d’un symptôme français bien connu : la France serait une terre bénie des Dieux qui serait protégée des turpitudes mondiales. En outre, n’oublions pas qu’on est CHAMPION DU MONDE !

Ainsi, comme en est toujours persuadée ma boulangère :

-         en 1912, les 16 compartiments étanches ont empêché le Titanic de couler ;

-         en 1931, le franc Pointcarré a empêché la crise américaine de 1929 de toucher notre territoire car il était indexé sur l’or ;

-         en 1939, la ligne Maginot a empêché notre pays d’être envahi par les Allemands car elle était infranchissable;

-         en 1986, le nuage radioactif de Tchernobyl s’arrêta à nos frontières car il n’avait pas ses papiers ;

Les mêmes symptômes se retrouvent aujourd’hui dans les encore très rares médias qui traitent de la bulle immobilière mondiale. Cette fois, c’est sûr, le krach mondial de l’immobilier ne touchera pas la France car des « experts » l’ont dit.

Par exemple, le 1er août dernier le journal Libération a fait sa Une avec comme titre explicite : « Immobilier : la bulle va-t-elle éclater ? ».

Sur 4 pages, le journal fait le tour de la spéculation immobilière au travers le monde et en dénonce la folie. Mais surprise, lorsque le marché français est abordé on peut alors lire ceci :

« Un retournement de tendance demeure hypothétique : l’offre de logements est très inférieure à la demande, alors que les experts estiment qu’il faudrait construire en Ile de France, 60 000 logements par an. Soit deux fois plus qu’à l’heure actuelle. »

De même, en septembre 2005, le numéro du magazine Enjeux les Echos a pour titre non moins explicite : « Immobilier : demain le Krach ? ». Le ton du magazine est apocalyptique quand à l’avenir proche du marché immobilier mondiale et cite à cet effet, à de nombreuses reprises, l’étude réalisée par le magazine « The Economist » de juin 2005 et intitulée «  After the fall » (« Après la chute » ).

Etrangement, les passages du magazine américain démontrant que la surévaluation des prix de l’immobilier en France atteint les 46% ont malheureusement été « oubliés » par le magazine Enjeux les Echos (c’est BALO !!). A la place, il est précisé que concernant la flambée des prix constatée sur le marché immobilier français :

"Les experts estiment toutefois que cette évolution ne traduit pas la présence d'une bulle mais un phénomène de rattrapage, les prix étant encore sous-estimés, tandis que le taux d'endettement des ménages reste très raisonnable".

A chaque fois, de mystérieux «experts» (jamais cités !) viennent sauver la France d’un vilain Krach mondiale de l’immobilier qui ne menacerait donc pas les gaulois. On l’a vraiment échappé belle !!!

« Un expert est un homme qui a cessé de penser. Pourquoi penserait-il, puisqu'il est un expert ? »

Franck lloyd Wright

Mais pourquoi donc aller rechercher des témoignages «d’experts» anonymes alors que des dizaines d’économistes, pourtant bien de chez, nous mettent en garde en écrivant strictement le contraire?

Selon ma boulangère, il s’agirait là uniquement d’une preuve supplémentaire de l’indépendance de nos journalistes à l’égard de nos « économistes briseurs de rêve ».

Ouff, me voici rassuré !!

Posté par Roosvelt à 17:10 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Nos journalistes franco-français se veulent

    Continuez

    Bravo bravo et encore bravo

    Posté par lgnparis, 08 octobre 2005 à 13:57 | | Répondre
  • orthographe

    A mon avis, on écrit plutôt "c'est ballot" que "c'est BALO".

    Posté par Olivier J, 09 janvier 2006 à 02:03 | | Répondre
Nouveau commentaire